/Musique/Dawn of midi: du groove polyrythmique avec deux bouts de bois et trois bouts de ficelle

Parfois Spotify qui étudie assidûment et algorithmiquement mes goûts sans relâche (qui n’ont probablement pour lui aucun sens) me sort quand même une petite pépite que je n’ai pas vu venir de derrière les fagots. C’est comme ça qu’un de mes plus chouettes cadeaux de Noël a débarqué sans crier garde, à une période où mon cerveau était léthargique de subir de la musique insupportablement mièvre et des mets bien trop gras à longueur de temps.

Quelques notes de contrebasse, un clavier un peu intrigant qui pose ses notes en contretemps à la manière d’une guitare dub, je me demande si ce que j’écoute va devenir lourdingue ou génial, sur le fil, jusqu’à ce qu’un kick totalement décalé se rajoute en créant une polyrythmie au groove rampant pas piqué des hannetons. Comme disent les anglophones « You had my curiosity but now you have my attention ». Et dans la foulée je me suis pris une grosse gifle, composée d’excitation cérébrale sur fond de grooves minimalistes et de sons acoustiques. Jamais écouté un truc pareil je crois.

Dysnomia,  le premier album de Dawn of Midi, écoutable en intégralité entre autres sur Bandcamp, est un voyage extrêmement vivant et intéressant. Le trio de Brooklyn y développe une musique qui pourrait être d’une froideur infinie si elle était jouée par un sampleur ou sur une banque de sons électro à la mode, mais le fait que tout soit joué sur des instruments lui donne une couleur bien particulière, entre jazz atonal (la plupart des mélodies développées restent très simplistes, mais toujours de très bon goût) et electro minimaliste.

La composition de l’album est très intelligente de bout en bout, malgré des césures un peu brusques entre certains morceaux, on devient totalement hypnotisé par ces boucles percussives sans cesse en mutation, où les notes sont distribuées au compte-goutte de-ci de-là.

Allez j’arrête, mais promettez-moi d’aller écouter si vous n’êtes pas allergiques à l’idée d’une musique complexe saupoudrée d’émotions boisées. Et plus je l’écoute plus je j’aime.

 

EDIT : En fait si, la seule chose que j’aie déjà écouté qui se rapproche de cet album sont les extraits de Goat que j’avais posté dans cet article sur le math-rock.

Et bonne année !

2 réflexions sur “/Musique/Dawn of midi: du groove polyrythmique avec deux bouts de bois et trois bouts de ficelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *