La pochette du livre d'Emilie Wapnick

/Motivation/J’ai tenté d’appliquer la méthode du Renaissance Business d’Émilie Wapnick pour les multipotentiels

Après avoir découvert ce TEDxTalk d’Émilie Wapnick en Juin, j’ai été grandement soulagé et euphorique, comme je l’explique dans cet article. Ma vie n’avait pas vraiment changé, mais entendre cette demoiselle m’expliquer que je n’étais pas nécessairement un extra-terrestre, au moment même où j’étais dans une phase très introspective, m’a clairement élargi les horizons mentaux, et m’a remotivé à tirer le meilleur parti de mes qualités et mes défauts, plutôt que de m’en excuser en permanence auprès de moi (et parfois des autres).

J’ai dans la foulée découvert le site communautaire géré par Émilie Wapnick, Puttylike, où j’ai épluché divers articles plus ou moins intéressants et plus ou moins redondants sur le sujet. Et sur ce même site son livre/méthode « Renaissance Business », que je me suis empressé d’acheter, en me disant « je peux toujours essayer de l’appliquer à mon cas pour monter un projet qui regroupe tous mes intérêts, et au pire si ça ne me convient vraiment pas j’aurais perdu 45€ mais j’aurais sûrement appris quelques choses sur moi ». Pas que je sois riche au point de me moquer de 45€, mais à l’inverse dans l’état d’ébullition mental dans lequel j’étais, ça me paraissait bien peu pour peut-être changer ma vie professionnelle, ou au moins la mettre un peu différemment en lumière.

Je me demande d’ailleurs combien de personnes ont eu le même cheminement que moi, à savoir TEDxTalk > Site Web > Achat du livre.

Sûrement un paquet de gens je pense, et tant mieux pour elle.

Je précise que cet article va principalement s’adresser à ceux parmi vous qui répondent à la notion de multipotentiels, à savoir qui ne se sentent pas du tout spécialistes d’un domaine mais plutôt en permanence à vouloir creuser tout un tas de chose, ou à vouloir changer de boulot toutes les x années (et tous les entre deux).

Le livre

Le PDF du livre se présente sous forme de 5 PDF, 4 étant des pense-bêtes ou fiches à remplir pour certains des exercices, et le dernier étant l’ouvrage en lui-même. Celui-ci se présente sous forme d’une centaine de transparents.

Je ne vais pas vous détailler l’intégralité de l’ouvrage, mais je vais essayer de résumer en quelques lignes de quoi il retourne concrètement, avant de vous dire ce que j’en ai pensé, sur le coup et quelques mois plus tard.

Pour vous la faire courte, l’idée de fond est de faire un récapitulatif, via divers exercices, de vos compétences passées/présentes/futures et de ce que vous aimez/aimeriez faire. Ensuite, vous en gardez un ensemble plus ou moins cohérent même si large, et vous vous attachez à trouver un thème regroupant au mieux tout ça, un nom, et un slogan. Ensuite, vous créez votre site web (tout une partie du livre est consacrée en fait à l’aspect site web du projet, qui est partie intégrante de l’approche de Wapnick), vous créez du contenu régulièrement, vous chassez les cibles potentielles sur les réseaux sociaux, et voilà: vous avez monté un business avec votre passion. L’idée première derrière étant de vendre une pseudo-franchise de ce qui fait vos particularités à vous, mais en espérant que d’autres s’y reconnaissent (une partie du livre vise à identifier/cibler cette population clairement). 

Pour ceux qui ne l’auraient pas compris, c’est ce qui m’a amené à monter le site web enlightenerds.com, même si pour ma part en cours de route la partie business a été un peu écartée car je n’ai pas trop réussi à l’intégrer complètement au projet.

Mon retour sur ce livre et cette expérience, donc :

Les exercices pour déterminer ses passions et ses qualités son gratifiants et ludiques

Sans trop les divulguer, j’ai pris beaucoup de plaisirs à faire ces petits exercices. Ils sont ludiques, variés, et permettent d’aborder l’analyse de sa personne de pleins d’angles différents, sous forme de jeux de rôle, en quelque sorte. Et certains sont très gratifiants (comme récapituler tout ce à quoi on a déjà touché dans sa vie, ou demander à ses amis de citer nos plus grosses qualités).

Je ne dirais pas que j’ai appris ou découvert des choses fondamentales sur moi, mais essayer d’appliquer cette méthode m’a vraiment forcé à faire un tour d’horizon très large sur moi et mes capacités, et à me poser des questions de professionnalisation de tel ou tel aspect que je ne m’étais jamais posé auparavant.

La méthode s’applique assez peu si vous ne voulez pas faire de service ou de coaching

La partie business du site a disparu finalement naturellement de mon processus, et mon site est plutôt devenu un blog communautaire ( même si vous êtes bien timides dans les commentaires pour l’instant) à l’image de ce qui m’anime.

Je pense aussi que je n’ai pas fait assez l’effort de mettre le business au centre de mon projet, mais en même temps avec mes passions je ne voyais pas d’axe de monétisation à travers le web qui soit simple.

Ça ne m’empêche pas de promouvoir de temps en temps mon activité à travers le site pour autant. Mais mettre un gros lien « ACHETEZ MON LIVRE PHOTO » en bannière du site me paraît assez peu cohérent avec le propos général, surtout que la photo n’en est qu’un infime aspect. (Mais si vous voulez acheter mon livre photo faites le hein ^^).

La méthode omet l’aspect timing

Je disais dans le point précédent que la méthode s’appliquait à mon sens assez peu si on ne veut pas faire de coaching ou de service en ligne. Hors par exemple dans mon cas, je commence, cinq mois plus tard, à cheminer, après avoir beaucoup écrit sur le sujet, à l’aspect coaching. Mais j’étais incapable de me voir là-dedans il y a cinq mois ou cinq ans. Et aujourd’hui je sais aussi que si j’y viens ça ne sera pas avant encore un bon moment. Je sens que mon cheminement personnel là-dessus n’est pas complet, que j’analyse et comprends encore beaucoup de choses vitales à la compréhension de mon être, avant même de parler de celui des autres.

La méthode Renaissance Business part du principe qu’il faut monter son business ici et maintenant, et bien que l’aspect « GO! NOW! » résonne facilement dans les gens en quête d’un avenir professionnel mieux défini comme moi, je pense qu’il est important, selon ce qu’on découvre en faisant les exercices d’isolement des intérêts/passions, de se demander si maintenant est le moment opportun pour la mise en place de tout ça.

La partie branding personnel me paraît peu adaptée à un public français

Une des conditions sine qua non concernant le site web résultant de cette méthode est de vous faire apparaître en gros dès la page d’accueil du site. En lisant la méthode ce point m’a un peu fait tiquer. Je pense qu’il est très valable pour les américains qui ont plus naturellement recours à cette mise en avant de l’imagerie personnelle. Dans mon cas, je ne me voyais pas du tout faire un site web pour les gens critiques, et mettre une photo de moi en page d’accueil. Ça me parait inapproprié pour un site français.

Cela dit, comme dit précédemment, je suis un peu sorti de la méthode, puisque je me suis contenté de faire un site communautaire, sans vendre de service ou de coaching par dessus (en même temps parce que je ne trouve pas ça cohérent avec mes passions principales). Donc j’en ai fait un site plus générique en terme de marketing que ce qui est visé par la méthode. Pour quelqu’un qui veut faire du coaching derrière, ça ne paraît pas idiot de mettre sa photo bien en avant.

L’affluence et l’identification du public sur un site communautaire prend du temps et de l’énergie

Je pense que le succès d’une telle entreprise vient aussi de votre facilité à nouer des contacts solides sur les réseaux sociaux. Pour ma part, j’ai toujours un peu traîné sur les réseaux sociaux, et j’ai été à certaines époques très actifs dans leur aspect communautaire, mais aujourd’hui j’ai du mal à passer des heures à parler avec les gens et à suivre tout ce qui se passe, et j’aurai encore plus de mal à le faire dans le seul but pensé de les amener vers mon site web. Je préfère pour l’instant privilégier le contenu de mon site, mais je sais aussi que je ne vais pas assez loin dans le réseautage Internet. Le soucis, c’est que je fais déjà des journées de 10h de boulot ou assimilé en général, et c’est dur de se dire (même si c’est vrai), que vendre son ou ses projets sur le net peut être plus important que la réalisation de ceux-ci. Mais dans mon cas, comme je le disais plus haut, comme je ne vois pas souvent la capacité de vendre mon projet en ligne, le retour potentiel sur investissement de la promotion Internet me paraît faible, ce qui motive d’autant plus mon absence d’activation forte dans ce domaine. D’autant que dans mon cas, je n’ai pas d’emploi salarié à côté, mais si c’est votre cas, trouver le temps de gérer ses projets à côté ET d’écrire ET de faire la promo sur les réseaux sociaux demandera un temps monstrueux, tout ça pour un retour potentiel seulement après de longs mois.

Conclusion

Ce livre vend une méthode unique pour un problème complexe. Je pense qu’il est beaucoup plus adapté à un type de multipotentiel/slasheur/scanneur que d’autres. Si votre activité cible inclue du coaching, des formations en lignes, des ouvrages au tarif accessible, ou du service de type marketing/communication, alors je pense qu’il peut être intéressant pour vous d’y jeter un oeil. Sinon je trouve qu’il est difficilement applicable sans une grosse gymnastique d’adaptation, voire pas applicable du tout. Dans mon cas, les thèmes récurrents impliquaient des choses aussi variées que la photo, la vidéo, la cuisine, la musique, l’écriture, le partage culturel, les films/séries, le développement personnel, les voyages et une foultitude d’autres secondaires. J’ai décidé de créer mon site qui regroupe bon nombre de ces thèmes du point de vue du partage, mais sans particulièrement avoir d’objectif business derrière, car je ne voyais pas de choses que je me voyais vendre au tout-venant de ce public à court ou moyen terme.

De plus la méthode est axée 100% en ligne, hors la plupart de mes activités comme la photo ou la vidéo ne se font qu’avec un contact physique. Cet aspect n’est pas du tout pris en compte, ou très peu. Il part du principe que tout le monde veut et peut vendre du dématérialisé.

Quoi qu’il en soit je ne regrette pas d’avoir mis 45€ dans ce livre. Il ne m’aiderait pas à lui seul à créer mon business passion, mais il m’aura fait me poser beaucoup de bonnes questions, et écrire fréquemment ici, me faisant avancer chaque jour dans mes questionnements personnels.


Emilie Wapnick cite en ouverture du livre deux ouvrages dont elle s’est inspirée sur le thème des slasheurs/scanners/multipotentiels, et j’ai lu celui de Barbara Sher qui est à mon sens beaucoup plus large que la méthode qu’Émilie en a extraite et qu’elle a spécialisé pour son besoin et son audience cible. Je vous en parlerais sûrement bientôt, il est très intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *