/Performances/Doron Sadja : L’art de l’hallucination

Lors d’un voyage à Berlin en Septembre 2015 un ami sur place, Régis de Noiseberg pour ne pas le citer, m’a recommandé de regarder la programmation de Spektrum ( un lieu qu’il est bien, dans un ancien abattoir ou une ancienne boucherie à priori ).

C’est comme ça que je me suis retrouvé un beau soir à cet évènement qui a eu le mérite de m’intriguer fortement.

Pour ceux du fond qui ont la flemme de lire, l’idée du show est de s’influencer d’expériences de Ganzfeld en parapsychologie pour approcher le champ des hallucinations extra-sensorielles. Dans la pratique, ça donne quoi ? Une fois l’audience équipée d’un masque blanc très très fin ( habilement confectionné avec des kleenex je pense ), un ou des rétroprojecteur projetent des images plus ou moins abstraites, des points et forme de diverses couleurs qui balaient tous les yeux présents dans la salle. Du coup personne ne voit exactement la même chose à chaque instant. Et surtout l’effet du masque fait qu’on ne voit que des choses très abstraites, mais que l’effet de ces couleurs finit par induire au bout de quelques minutes de légères hallucinations. Notre cerveau essaie d’y plaquer des formes connus, ou carrément des souvenirs liés à des couleurs / formes similaires déjà rencontrés.

Ca, c’est pour les yeux. Pour les oreilles, on a le droit à un live unique lui aussi, basé si ma mémoire est bonne sur des gros sons electros de bruits blancs bien saturés et de longues montées et descentes ambiant ou bruitistes.

Extraits montés de ce que ça donne sur les masques des spectateurs ( de l’autre côté du masque, la vision est beaucoup plus abstraite )

Quoi qu’il en soit, le bonhomme a l’air sacrément productif, et il ne s’endort pas sur ses lauriers. Ses performances et installations se renouvellent régulièrement, explorant les domaines de l’espace abstrait induit par les machines à fumée dans sa performance Never Endings, la saturation des couleurs vers le blanc complet ( et vice versa ) avec sa performance Focal Points. Depuis que j’ai vu sa performance il y a un peu moins d’un an il semble avoir produit au moins trois ou quatres nouvelles expérimentations. Et ça c’est seulement pour la partie performances, il semble aussi très actif en musique electro/ambiant/noise/experimental, comme en atteste son bandcamp, et propose aussi parfois des installations et des collaborations. Ca va presque trop vite pour suivre !

Tout ça pour dire que si il fait une performance pas loin de chez vous, ou si vous passez par Berlin et qu’il s’y produit, allez-y !

Site web : http://doron.sadja.com/

Source photo d’en-tête : http://doron.sadja.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *